Situation du marché immobilier au 1er octobre 2017

 

La lecture de Scanmonachatimmo.com du baromètre Meilleursagents.com

 

Une hausse de l’immobilier hétérogène

Tout le monde le dit : le prix de l’immobilier explose. Enfin pas partout et surtout pas de la même manière.

Dans le peloton de tête des plus fortes hausses, Bordeaux occupe la première place avec une progression du prix de l’immobilier de 15,6% sur un an, suivi de Paris avec 7,7% et Lyon avec 6,8%. Strasbourg (5,4%) et Nantes (4,5%) ferment la marche. Nice, Marseille et Toulouse occupe une position intermédiaire. Lille et Montpellier font office de lanterne rouge avec des prix de l’immobilier orientés à la baisse (-0,3% et -0,8%).

Ces évolutions du prix de l’immobilier sont des indicateurs de l’attractivité des villes sur le plan national. C’est particulièrement le cas pour Bordeaux, Lyon et Nantes. Dans les autres villes, l’évolution du marché s’apparente davantage à un rattrapage des prix d’avant crise.

En Ile-de-France le marché immobilier reste orienté à la hausse sur les départements de la petite couronne avec les Hauts-de-Seine en tête (+5,6%) suivi par la Seine-Saint-Denis (+3,0%). Les prix dans les autres départements bénéficient également d’une bonne orientation.

Bordeaux, un grand cru ?

La situation bordelaise a de quoi surprendre (+13,0% depuis le début de l’année). L’immobilier semble booster par l’arrivée du TGV. Sans pour autant parler de « Bulle immobilière », cette ville est à surveiller de près pour les 2 à 3 prochaines années. Quelle sera la réponse économique de Bordeaux sur cette période ? Si cette ville gagne son pari, l’évolution actuelle du prix de l’immobilier n’a rien de choquant. Tout cela est une question de temps et certains esprits ont tendance à s’emballer.

Un marché qui reste toujours du côté des acheteurs

Les acheteurs ne se bousculent pas au portillon. Le rapport entre nombre de biens immobiliers mis en vente et nombre d’acquéreurs potentiels restent faible. Le marché sur les métropoles régionales n’est pas du tout sous tension même à Bordeaux.

Aujourd’hui, pas une ville française (Paris compris) n’affiche une tension immobilière supérieure à 2 (2 acheteurs pour un bien à vendre). Bordeaux est à 1 par exemple, alors qu’elle était à 1,2 un an auparavant. Paris est stable à 1,2. Il en va de même pour l’ensemble des départements d’Ile-de-France.

Deux villes semblent connaître une situation légèrement plus tendue. Nice progresse de 0,6 point sur un an (Indicateur de Tension Immobilière) à 1,6 en octobre 2017 contre 1 en octobre 2016) et Nantes qui connait une situation diamétralement opposé avec un ITI de 1,7 en octobre 2017 contre 1,9 en octobre 2016.

Que peut-on conclure ?

L’envolée des prix ne doit pas occulter le fait qu’ils restent négociables. Les acheteurs ont le marché pour eux. La valeur d’un bien est difficile à déterminer. L’évolution du marché ne peut pas justifier à elle-seule le prix.

La vigilance reste de mise. Il faut savoir prendre son temps. Mieux vaut parfois attendre au lieu d’acheter au prix fort. Dites-vous que ce n’était peut-être pas le bon moment. Faites-vous accompagner d’un expert. Enfin, qu’on se le dise, SCANMONACHATIMMO.COM saura faire toute la lumière sur le bien immobilier que vous convoitez.

 

Guide et astuces
Réussir votre achat immobilier : Comprendre le process d'achat,
poser les bonnes questions, ne rien négliger.