Allumer le chauffage ; nos recommandations

 

Conseils et précautions

Tous les ans, c’est la même histoire. La date à laquelle allumer le chauffage a fâcheusement tendance à jeter un froid dans les copropriétés. C’est une question sérieuse qui oppose chaque automne, les « frileux » aux « bouillonnants ». Il n’existe pas de date légale. Il faut donc s’entendre. Sachez néanmoins que pour les copropriétés raccordées au réseau de chauffage urbain, la période de chauffe s’étale du 15 octobre au 15 avril. Ces dates semblent de plus en plus faire office de référence pour les syndics.

Quelques chiffres clés pour se rafraîchir…, la mémoire

Selon une étude commandée par Quelleenergie.fr, 75% des français considère en 2016 avoir froid chez eux.

Autre chiffre, 1611 € euros, c’est le montant annuel moyen de la facture de chauffage en 2016. Il correspond à 14% du budget des ménages. Autant dire que cette dépense est difficile à assumer pour les personnes aux revenus modestes. Enfin, les français se chauffent à :

  • 38 % à l’électricité avec une facture de 1726 €
  • 35% au gaz pour 1415€
  • 19% au fioul pour 1927€
  • 5% au bois pour 811€

Ces chiffres laissent songeurs. Tous les dispositifs de chauffage ne se valent pas, notamment quand il s’agit de les remettre en fonction.

Conseils d’entretien avant d’allumer le feu :

Les équipements mal entretenus ou obsolètes augmentent les risques d’incendie et de pollution intérieure. Avant d’entamer la période de chauffe penser à contrôler le triptyque : chauffage – canalisation – ventilation.

Les Chaudières nécessitent un entretien régulier. Une visite de votre installation par un professionnel est plutôt de bon augure surtout avant de relancer la machine en automne. Pour les cheminées, même combat ; un bon ramonage avant de flamber la première buche évitera de flamber tout court. Il en va de même des conduits d’évacuation d’air chaud des poêles et des inserts.

Les canalisations sont à vérifier à leur mise sous pression. Parfois, des micro fuites apparaissent aux points de faiblesse. Traitez-les sans attendre, cela vous évitera bien des désagréments cet hiver. En marge du dispositif de chauffage, pensez à isoler les canalisations extérieures et celles situées dans les combles. Le mieux est de les mettre hors d’eau si vous en avez la possibilité.

Enfin et on ne le répétera jamais assez, assurez-vous d’une bonne ventilation de votre logement. En calfeutrant les fenêtres pour limiter les déperditions de chaleur, vous risquez un renouvellement de l’air insuffisant. Certes, il convient de combattre tout ce qui permet à l’air froid de s’immiscer dans votre logement (notamment au niveau de la porte d’entrée), mais point trop n’en faut.

Si vous disposez d’une ventilation mécanique contrôlée (type simple flux ou double flux), alors là, aucune hésitation, vous pouvez y aller. Le renouvellement de l’air est assuré par la VMC.

 

Guide et astuces
Réussir votre achat immobilier : Comprendre le process d'achat,
poser les bonnes questions, ne rien négliger.